308 688 visites 1 visiteur

Koumba Larroque : interview chez Afrik.com

7 décembre 2021 - 10:49

Koumba Larroque est une lutteuse qui fait la fierté de la France sur l’échiquier international. Elle est détentrice de plusieurs titres dans ce sport. Ses débuts dans la lutte, ses perspectives d’avenir, ses liens avec l’Afrique,… C’est à cœur ouvert que la championne du monde U23 s’est confiée à AFRIK.COM.

A seulement 23 ans, la lutteuse française Koumba Larroque a déjà inscrit son nom sur la liste des champions en devenir de cette discipline. Vice-championne du monde, championne d’Europe et récemment championne du monde U23, Koumba Larroque a déjà un palmarès qui fait rêver, malgré son jeune âge. Elle ne compte pas s’arrêter là, puisqu’elle a déjà un œil sur les Jeux olympiques Paris 2024.

 

Entretien

Pouvez-vous revenir sur vos débuts dans la lutte ?

J’ai commencé la lutte à 9 ans, alors que j’accompagnais mes deux frères aînés à l’entraînement. J’ai tout de suite adoré le combat et les valeurs de cette discipline. Alors que les autres enfants aimaient les jeux et le côté ludique, j’étais très attentive et je voulais apprendre. J’ai alors commencé à taquiner ce sport. A un moment donné, j’ai déménagé, j’ai donc dû arrêter la lutte pendant un moment. Pour pallier à ça, mon entraîneur m’a proposé de faire sport-études à Fon Romeu, et j’ai dit oui. Je savais qu’en intégrant un pôle, j’allais devoir m’impliquer à fond dans la lutte. Ça n’a pas loupé.

Que représente la lutte pour vous ?

Aujourd’hui, la lutte est devenue plus qu’une passion. Mon quotidien tourne autour de ce sport, chaque détail compte. J’aimerai devenir championne olympique, donc je m’en donne tous les moyens au quotidien.

De quels succès êtes-vous le plus fière ?

C’est difficile de faire un choix, mais je dirai que la plus marquante est ma médaille de bronze à Paris, en 2017, lors des Championnats du monde. J’avais tout juste 19 ans, c’était ma première année junior, alors que je devais combattre avec des séniors. C’était une vraie découverte pour moi. Je ne dirais pas que c’était inattendu, car mes entraîneurs et moi savions que j’avais le niveau, mais à la fois tout était assez nouveau : nouvelle catégorie de poids, surclassement de catégorie d’âge, premier grand championnat en élite.

Vous êtes, depuis assez longtemps, dans le haut-niveau, comment jugez-vous votre carrière ?

Bien que je sois fière de ce que j’ai déjà produit, je ne pense pas être encore arrivée au plus haut de ma carrière. J’ai réussi de belles choses, mais il m’en reste encore beaucoup à accomplir. J’ai beaucoup d’objectifs devant moi,  je peux encore progresser.

Quels sont ces objectifs devant vous ?

A court terme, ce serait d’obtenir le titre mondial, celui qui me manque. Puis, je vise aussi les Jeux olympiques de Paris 2024.

Quelle est la perception de la communauté face à votre carrière de lutteuse ?

Elle est plutôt positive. Je suis assez mise en avant par la fédération et les autres institutions sportives, je reçois donc beaucoup de soutien de leur part et des gens qui m’entourent. Au début, pour ma famille, cela faisait un peu bizarre, car ils ne connaissaient vraiment pas la lutte avant mes débuts dans cette discipline. Pour eux, le sport de combat était réservé aux garçons. Mais par la suite, ils ont compris. Ils s’y sont intéressés et comprennent mieux maintenant.

Votre nom, Koumba,  tire ses origines dans la culture africaine. Quels liens entretenez-vous avec le continent africain ?

Ma mère et ma grand-mère vivent en France. Elles m’apportent toutes les deux beaucoup de la culture africaine. Ma mère m’a élevée à travers cette culture, elle m’a transmis beaucoup de choses du Mali. Puis j’ai encore beaucoup de famille au Mali, j’y retourne donc régulièrement. J’essaie d’y aller au moins tous les 2 ans.

Quels conseils donneriez-vous à d’autres filles qui voudraient faire carrière dans la lutte ?

Le plus important est de ne pas se mettre des barrière du fait d’être une fille. C’est un sport où il y a autant de filles représentées en compétition que de garçons, donc nous sommes déjà très ouverts à la lutte féminine. C’est un sport très complet, il faut aimer le combat et surtout ne pas lâcher. N’ayez pas peur des préjugés.

Commentaires

Marion Gidoin 20 décembre 2023 14:25

Bonjour madame et monsieur. Offre de prêt sans frais ; Particuliers Irlande, Suisse, Canada, Belgique , France ,Italie, Guadeloupe, Guyane , Martinique, Réunion Mayotte, partout dans le monde je vous offre un prêt de 1000€ à 1.000 .000€ à toutes personnes capable de le rembourser avec intérêt au taux d’intérêt est de 2% pour tout montant demandé. Je le fais ce dans le domaine. -prêt Financier – Prêt immobilier – Prêt à l’investissement – Prêt automobile – Dette de consolidation – Rachat de crédit – Prêt personnel -Vous êtes fichés Si vous êtes vraiment dans le besoin d’un prêt pour essayer de me contacter. Je suis à votre disposition pour tous vos problèmes financiers. Pour plus de renseignement veuillez nous contacter sur notre adresse e-mail: finance.gratuit000@gmai.com Merci

SUIVEZ NOUS SUR RÉSEAUX SOCIAUX

Instagram.png Facebook.png Youtube.png logo-icone-tiktok-simbolo.png

Lutte Olympique Massalia

CE QUE NOUS SOMMES

2e club de Lutte de France

 501 licenciés

icone personne.png Pour tout le monde à partir de 4 ans

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Présidents
  • 3 Dirigeants
  • 1 Entraîneur
  • 17 Lutteurs
  • 3 Supporters